Récemment, la maison de ventes aux enchères américaine « James.D. Julia Auctioneers » à mise en vente une arme que j’ai longtemps aspiré à posséder. Il s’agit de l’ASE de Beretta. Celui mis en vente est une édition limitée puisse que seulement 300 exemplaires ont été fabriqués par la firme transalpine. Il est le 252eme. Canons de 71 cm, bascule à faux corps joliment gravé en « best bouquet and scroll » .Son estimation est entre 7000 et 11000 euros.

De toutes les armes de tir et de chasse fabriquées par Beretta, outre les platines, le fusil qui m'impressionne le plus, c'est l’ASE. Beretta l’a introduit au début des années 1990 comme son fusil de tir sportif de qualité supérieure. Dans une période comprise entre 1994 et 2000, l'ASE a remporté plus de 100 médailles toutes compétitions confondues y compris les Jeux olympiques. Avec son verrouillage de type kersten, sa batterie amovible dotée d’une détente avec un départ parfait et surtout avec ses canons mono-bloc en acier boehler antinit, il est l’une des armes de tir les plus fiables jamais construite. Quand a ses qualités de balance et de manipulation, je peux en parler puisse que j’ai grillé suffisamment de cartouches avec ce fusil pour vous dire qu’il est dynamique, pointe facilement et naturellement. Tout ce qu’un meilleur superposé devrait être. Thomas Gough, le célèbre écrivain anglais, qui fait autorité en matière d’armes de chasse et de tir, avait inventé le mot « EUMATIC » pour décrire un état de parfaite compatibilité entre la nature d’un outil et le corps humain qui l’utilise. Chaque arme a un quotient « eumatic », l’ASE est parmi les superposés les plus « eumatic » que j’ai jamais manipulé.

 

Mon Histoire avec L’ASE à commencé il y a une dizaine d’années, quand je l’ai vu pour la première fois entre les mains d’un tireur. C’était au stand de tir de Gisors tenu par le champion Christophe Auvret. Ce qui m’a attiré, ce n’est pas son esthétique, mais c’est parce que le propriétaire tirait particulièrement bien, il cassait les plateaux l’un après l’autre et tout avait l’air si facile. À l’époque, naïvement, comme la plupart des tireurs qui débutent, quand vous voyez d’autres personnes  tirant mieux que vous, en utilisant un équipement haut de gamme, il est naturel de vouloir avoir ce qu’ils ont, pensant : « je vais tirer mieux si j’ai la même arme. », c’est l’envie. Qu’on le veille ou non, l’envie et un puissant facteur de motivation pour la propriété.

 

J’ai appris plus tard que c’est plutôt la technique qui est la clé pour un tir réussi, néanmoins, quand vous avez un fusil haut de gamme, vous ne pouvez pas blâmer votre fusil. Si les plateaux ne cassent pas ou si les oiseaux ne tombent pas du ciel, c’est clairement de votre faute. Même dans les sombres recoins de votre esprit, vous ne pouvez pas critiquer votre fusil, parce que vous avez le meilleur. Et si vous avez un ASE, vous n’avez plus à envier les autres. Vous êtes fier de posséder l’une des armes les plus convoitées. Vous serez la personne enviée.

Djamel Talha.

2016-11-26 21.09.51.jpg

 

ASE48642x448642x6

 

 

48642x5