La chasse et les fusils fins

La chasse et les fusils fins

Le sauvaginier, le canard et le coq

 

Le sauvaginier était sur le point, comme à l'accoutumée, de dîner d'un bout de pain sec et d’un morceau de fromage, quand un ami arriva de façon inattendue, s'attendant à un bon repas. Manque de chance, ce jour-là, le chasseur n'avait rien pris (tué), il décida alors de sacrifier son appelant. Très en colère, le canard plaida pour sa vie : « Que ferez-vous sans moi la prochaine fois ? Qui gazouillera pour vous endormir, ou appellera pour vous les canards sauvages ? »

Le sauvaginier céda et épargna sa vie. À la place, il choisit un bon jeune coq. Mais le coq protesta : « Si vous me tuez, qui va vous annoncer l'apparition de l'aube ? Qui va vous réveiller (à) pour vos tâches quotidiennes ou vous dire quand il est temps de visiter l'attelage dans le matin ? » Le sauvaginier répondit : « Ce que vous dites est vrai. Vous êtes un oiseau capital dans l'indication des heures de la journée. Mais mon ami et moi, nous avons besoin de dîner. » Moralité de l'histoire : Nécessité fait loi.

 

10010061.jpg

 



10/06/2016
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres