"Le danger est que, si les tireurs n'apprécient pas et n'exigent pas des armes bien équilibrées, le commerce ne se donnera pas la peine de les produir…il n'ya aucune excuse, même pour un fusil pas cher qui ne soit pas bien équilibré."T.Gought

Bois, gravures, groupement des canons, résistance de la bascule, poids, marque, prix... Tant de critères sont à prendre en compte lors de l'achat d'une arme ! Tous sont essentiels bien sûr, mais au bout du compte l'un reste peut-être «plus essentiel» que tous les autres : le ressenti que vous procure le fusil. C'est derrière ce mot, ô combien subjectif, que se situe une notion tout à fait quantifiable pour sa part : l'équilibre de l'arme.
Avez-vous déjà eu l'occasion de prendre en main un fusil artisanal haut de gamme, stéphanois, belge ou anglais ? Vous souvenez-vous des impressions que vous procura ce geste ? Le ressenti exceptionnel que vous avez sans doute constaté alors tient avant tout à l'équilibre de ces armes, et cela quelle que soit la longueur de leurs canons. Si vous n'avez pas la chance d'être parmi les détenteurs de l'une de ces fabrications d'exception, consolez-vous en songeant que l'équilibre n'est pas l'apanage des seules armes de luxe. Bien des modèles « grand public » sont dotés de bonnes qualités d'équilibre, il vous suffit de les chercher. Autrement dit de faire de ce critère un facteur clé lorsque vous choisissez un fusil.

6370231_00a5571eaa_m
l'équilibre ne s'apprécie pas par un geste statique en posant comme ici le fusil sur l'index

Bien balancé

Mais qu'est-ce qu'un fusil bien équilibré ? La question alimente plus d'un débat, tant lors des repas après- chasse que sur les forums Internet. En guise de réponse, beaucoup proposent une démonstration par le geste, consistant à montrer le « centre de gravité » du fusil, à savoir le point où, ouverte ou fermée, l'arme tient en équilibre sur la tranche de la main - l'axe de la charnière tenant souvent lieu de point de référence. C'est presque devenu une mode. Je me souviens avoir vu dans un salon de chasse le représentant d'un célèbre fabricant faire valoir le bon équilibre de son fusil en le faisant tenir en équilibre sur son index. Toutes ces manipulations ne valent pas grand- chose. Sans parler des assertions selon lesquelles un fusil bien équi¬libré serait un fusil léger. Hum ! Revenons à nos fondamentaux, en l'occurrence les éclaircissements donnés par un éminent armurier, Ferdinand Courally, dans son ouvrage Les Armes de chasse et leur tir, (1931, rééd. Montbel, 2009) : « Tout est question de proportions. Les dimensions du tonnerre et de la bascule jouent un rôle important dans l'obtention d'une bonne balance, ils doivent être proportionnés au poids du fusil. » Plus loin : «Pour obtenir la n meilleure balance, les dimensions de r la table de bascule doivent être calculées d'après le poids général du (fusil. Pour un calibre 12 par exemple, elles varient de 48 à 56 mm pour un fusil de 3,5 kg. »
Le tireur et fabricant de fusils W. W. Greener livre quant à lui, dans son livre de référence, The Gun and Its Development, les précisions suivantes : « Un calibre 12 avec des canons de 16 cm, pesant 3,1 kg ou plus, doit s'équilibrer à environ 8 cm du tonnerre, et à environ 6 cm avec des canons de 68 ou 71 cm pour un poids de 2,3 à 2,7 kg. Avec de telles données, un fusil serait perçu par l'utilisateur comme bien équilibré. Courally ajoute un «détail» clé : «L'équilibre s'apprécie en prenant larme dans la main de part et d'autre de la bascule. [...] A poids égal, plus le centre de gravité est lourd, plus le fusil est maniable et rapide. » Celui qui se rend à cette idée, quasi inconnue avant cet auteur et rarement reprise depuis, orientera sa préférence vers un fusil à platines dont la bascule pleine et massive génère un meilleur centre de gravité plutôt que vers un fusil Anson.
Vous l'aurez compris, l'équilibre est indépendant du poids et ne doit pas être confondu avec lui. Chacun a pu le constater en épaulant à la suite plusieurs fusils de même poids : certains paraissent plus légers que d'autres. C'est là une question de répartition des masses. Un fusil dont le canon et la bascule sont bien proportionnés est équilibré naturellement, léger aux deux extrémités et lourd au milieu : on rejoint l'idée de Courally. Une autre arme dont le centre est léger peut en apparence être bien équilibrée mais aura une mauvaise balance. Pour mieux comprendre ce fait, imaginez la tige d'un haltère dont les deux poids seraient placés aux extrémités et, inversement, une autre tige dont les deux poids, identiques aux premiers, seraient placés au centre. Malgré un poids égal, la balance sera différente et en faveur de la tige dont les poids sont centrés.

 

6370242_2eb8c0be66_m6370241_83e41f8504_m
« Image théorique de deux corps exactement identique en surface, poids, longueur est de centre de gravité, leur balance est pourtant absolument différente celle du corps « A » sera brève et rapide celle du corps « B », longue et lente» (Courally).


Un moment d'inertie

Pour un fusil, un bon équilibre obéit au même principe et exige que le poids soit concentré autant que possible entre les mains. C'est la condition pour que l'arme possède une bonne balance, autrement dit qu'elle offre à son utilisateur une manipulation qui demandera moins d'énergie. A contrario, si le poids du fusil est dispersé, réparti sur toute la longueur, l'arme semblera lourde et lente à manipuler, demandera plus d'énergie à l'utilisateur et, surtout, le privera du plaisir offert par un modèle vif et bien équilibré. L'Anglais Thomas Gough, ingénieur de formation et illustre spécialiste des armes de chasse - l'équivalent de notre général Journée - définit ainsi le bon équilibre d'un fusil : «Le bon équilibre et la meilleure : balance (maniabilité) sont atteints Par un fusil aussi léger qu'il peut l'être, en prenant en compte le recul et qui a la plus petite valeur possi¬ble de son "moment d'inertie”, réalisé à un point environ à mi-chemin entre les mains. »
Qu'est-ce que ce moment d'inertie - moment of inertia en anglais, ou MOI ? En termes simplifiés, on peut dire qu'il est la mesure de résistance d'un objet à la rotation. Sa valeur dépend de la géométrie de la distribution de la masse par rapport à l'axe de rotation. Plus le moment d'inertie d'un objet est élevé, plus il faudra de force pour faire tourner cet objet. Visualisez un patineur artistique qui tourne sur lui-même. Au début du mouvement, ses bras et sa jambe qui n'est pas en appui sont tendus, perpendiculaires à l'axe du corps ; le patineur tourne à faible vitesse. Dans la suite du mouvement, le patineur replie les bras et la jambe vers le corps, sa vitesse de rotation augmente. Le moment d'inertie du patineur est élevé lorsque les bras sont tendus loin du corps et faible lorsqu'ils se rapprochent du corps car il y a moins de résistance. En modifiant la position de ses bras et de sa jambe, le patineur modifie ce moment d'inertie.
Quittons la glace et ses figures artistiques pour d'autres «acrobaties», plus familières pour nous, celles du chasseur au moment où il effectue son épaulé. L'action combine deux mouvements : la montée du fusil à l'épaule et la rotation dans les trois dimensions. Le premier induit un changement de position, sans changement de direction, le second, un changement de direction. La quantité d'énergie que le tireur doit mettre dans le premier mouvement est proportionnelle au poids de l'arme, tandis que celle mise dans le second mouvement (changement de direction) est déterminée par la répartition du poids de l'arme (avant et arrière). Que le poids soit placé vers l'avant ou concentré au milieu ne fait aucune différence dans la quantité d'énergie requise pour changer la position, mais cela fait une grande différence dans la quantité d'énergie requise pour changer la direction. Convenez dans ces conditions qu'il paraît difficile de juger de l'équilibre d'une arme par un geste statique: la simple prise en main de l'arme, ou encore son placement en équilibre sur le bout de l'index ! L'équilibre s'apprécie par une manipulation active de l'arme, par la façon dont l'effort se répartit entre les mains. C'est quand le fusil est en action, quand il est épaulé et orienté pour suivre la trajectoire de l'oiseau visé, que cette notion prend sa pleine réalité.
6370243_83deef761b_m
« En modifiant la position de ses bras le patineur modifie son moment d'inertie. Plus le moment d'inertie du patineur diminue plus la vitesse de rotation augmente. »

6370245_73565d06d5_m
La répartition du poids. Les points noirs représentent la position où la moitié du poids de l'arme doit être théoriquement concentré, sans altérer la maniabilité et l'équilibre.

6370258_dd0b93b040_m
Appareils pour mesurer l'équilibre (moment d'inertie) des armes à feu conçu par Thomas 
Gough.

6370266_1f3a8526f6_m
un autre appareil mais plus récent crée par un ingenieur américain Don Amos


Chacun cherche son équilibre

D'après Thomas Gough, un fusil bien équilibré doit avoir la moitié de son poids entre les mains, un quart vers l'avant et un quart vers la crosse. L'auteur stipule aussi que, pour optimiser le moment d'inertie, la distance entre la queue de détente et le point d'équilibre ne doit pas dépasser 10,8 cm.
La façon dont le poids est distribué détermine les qualités de l'équilibre et de la balance de tout fusil de chasse. Un fusil équilibré « à l'état naturel » constitue un idéal. Cela dit, par bien des « détails », les fabricants sont capables d'améliorer la sensation que procure un fusil lors de sa prise en main (ou l'impression de bon équilibre) : fluidité des lignes, toucher agréable, forme de la crosse et du devant, etc.
Chacun peut aussi décider d'apporter des modifications à son arme propres à en améliorer l'équilibre, notamment en intervenant sur les canons. D'une grande difficulté de fabrication, les canons légers sont coûteux et la plupart des tubes offerts par les fabricants de série sont lourds, surtout lorsqu'ils sont dotés de multi- chokes. Certains tireurs équilibrent leurs armes pour leurs tirs sportifs en ajoutant du poids à l'avant ou à l'arrière, qu'ils enlèveront lorsqu'il s'agira d'emporter l'arme à la chasse. Dans la même logique, les fabricants de fusils de tir ont mis au point des systèmes pour personnaliser l'équilibre. Ainsi la crosse du Blaser F3 est pourvue de masselottes qui permettent de modifier le point de gravité de l'arme, plus ou moins en arrière. Plus intéressant encore, le système de Zoli, appelé BHB, qui permet d'enlever ou d'ajouter du poids au niveau de la poignée mais aussi au niveau du devant entre les canons pour déséquilibrer l'arme vers l'avant ou l'arrière. Guerini enfin propose des masses à clipser sur la bande ventilée intermédiaire des canons.
«Le bon choix pour un fusil, c'est l'assurance pour le tireur que l'outil qu 'il détient est plus apte à lui procurer les sensations qu 'il recherche [...] en rapport avec sa morphologie, écrit Dominique Berger (Le Tir au fusil, éd. Larivère). Choisissez l'arme qui, en mouvement, vous paraîtra la plus agréable en poids et équilibre pour l'utilisation que vous en ferez. » En effet, l'équilibre d'une arme est aussi affaire de préférence personnelle, à déterminer selon un compromis entre manipulation rapide et stabilité, en fonction de la technique et du style de tir propre à chacun. Il doit également s'adapter au type de discipline (parcours, fosse, skeet...) ou de chasse (bois, plaine, battue...).
Pour ce dernier point, quelques règles simples peuvent nous aider à choisir. Un fusil avec un moment d'inertie faible (poids concentré entre les mains) sera généralement plus rapide à faire pivoter et à stopper. Il est idéal pour la chasse des lapins, cailles, perdreaux ou bécasses, lorsque l'on doit tirer au jugé, swinguer rapidement, changer de direction, ou aller plus vite vers l'objectif. Un fusil avec un moment d'inertie élevé (poids concentré en avant) demande plus d'effort pour démarrer le swing ou changer de direction et résiste plus à l'arrêt. L'inertie d'un tel fusil est comme un régulateur de vitesse, elle est douce jusqu'à ce que quelque chose d'inattendu se produise, elle favorise un swing progressif, régulier, sans à-coup. Elle constitue un avantage pour le tir sportif, où le plateau continue sa trajectoire initiale, contrairement au vol d'une bécasse, dont les changements brusques de trajectoire exigent des arrêts et des changements de direction du geste du tireur. Un fusil à moment d'inertie élevé est adapté au ball-trap, aux canards ou aux oiseaux de haut vol.

6370292_df58493628_m
Bien que son moment d'inertie est plus élevée, le Darne est d'une vivacité et d'un équilibre incroyable. Le secret de sa qualité de manipulation est en grande partie grâce à sa légèreté vers l'avant (la valeur de T est de 8.5cm) et aussi en raison de la disposition naturelle de son poids vers l'arrière.

La preuve par un coup du balai

Pour comprendre de façon concrète l'importance de l'équilibre et de la balance, je vous invite à tenter une expérience, chez vous tranquillement. Prenez un manche à balai d'environ 1,20 m, ce qui correspond à la longueur moyenne d'un fusil de chasse classique, et 4 poids d'environ 500 g chacun. Je sais, ce matériel n'a pas grand-chose à voir avec un fusil, mais il va pourtant vous démontrer combien la répartition du poids affecte votre tir.

Expérience n°1 : le poids vers l'arrière
Placez les 4 poids vers l'arrière du manche, au niveau de votre épaule : vous constatez que le canon peut être pointé rapidement et facilement, mais aussi que le contrôle du mouvement est difficile.

Expérience n°2 : le poids au centre
Déplacez 2 poids près de chacune de vos mains et les 2 autres entre les deux : vous sentez que le fusil est mieux équilibré, que le pointage perd en rapidité mais que la mise à l'épaule est plus aisée.

Expérience n° 3 : le poids vers l'avant
Déplacez les poids vers l'avant du manche. A cet instant, la notion de « moment d'inertie » prend toute sa signification. Déplacer seulement l'un des poids vers la bouche suffit à modifier le moment d'inertie (la balance) : la maniabilité de votre fusil s'améliore de façon spectaculaire. Vous constatez que la mise à l'épaule est de plus en plus difficile mais, une fois que le fusil est en mouvement, le suivi de la cible est mieux contrôlé.

NB : je dispose d'une base de données de plus de 400 armes, que Don Amos a mesuré leur MOI,leur distance "T" etc... je le remercie en passant, si une mesure d'une arme vous intéresse, contactez moi par mail, si elle est dans la base, je me ferai un plaisir de vous la transmettre.

Djamel Talha