La chasse et les fusils fins

La chasse et les fusils fins

Un fusil bien pesé ou bien balancé ?

Le poids de forme de votre arme


Les fabricants italiens, allemands ou espagnols l’affirment, pour vendre un fusil en France, il doit être léger. Ce constat est le reflet parfait d’une scène qui se joue sans cesse dans nos armureries : le candidat à l’achat pèse le fusil avant même de le soupeser.

 

Sans doute avez-vous déjà entendu affirmer qu’à chaque calibre correspond une gamme de poids optimale ou encore qu’un bon équilibre se détermine à partir de l’arme elle-même. Sans doute aussi ces bons principes vous ont-ils été livrés chiffres à l’appui : un calibre 20 doit peser 2,5 à 2,7 kg, un 28,2,2 à 2,4 kg... Les prescriptions de ce genre courent les conversations entre chasseurs, il ne manque pas de candidats pour les répandre et pour les croire. C’est ennuyeux, car elles ignorent superbement un fait essentiel : pour bien tirer, un fusil nécessite un tireur et tous les tireurs ne se ressemblent pas.

Une variation d’un ou deux kilos dans le poids d’une arme peut être une bénédiction comme une malédiction. Si vous tirez des plateaux et donc un nombre important de coups de fusil sur une durée relativement courte, vous apprécierez un surcroît de poids pour amortir un tant soit peu le recul. Si vous êtes un chasseur de cailles ou de perdreaux, le poids de l'arme augmentera de façon exponentielle au fil de chaque sortie, au rythme du temps écoulé et de la distance parcourue. En somme, un poids relatif améliore le confort d’une arme de tir, une légèreté relative celui d’une arme de chasse. Attention, nous avons dit «relative». Pour une force de la nature de 1,90 m capable de jongler avec des boules de bowling, une arme de 4 kg est une simple plume. Pour un tireur de 1,55 m et d’une cinquantaine de kilos tout mouillé, un fusil de 3 kg est un fardeau. Je me situe quelque part entre ces deux profils, et si les 3,6 kg de mon fusil de tir favori me semblent parfaits pour les plateaux, je n’envisage pas un instant de les porter toute une journée de chasse, et ne m’attendrais pas à bien tirer si je le faisais.

 

Le poids vous allège la tâche

 

Le tir est une discipline difficile, il ne saurait être question de nous compliquer la vie avec un fusil lourd comme un cheval mort Pour autant, beaucoup de chasseurs vont trop loin dans l’allégement en optant pour les ultra- ultra-légers. « Le fusil trop léger a toujours été une erreur de la part de ceux qui le fabriquent, de ceux qui le recommandent et de ceux qui s’en servent», avertissait déjà Ferdinand Courally dans ses Armes de chasse et leur tir publié... en 1931.
Un poids excessivement faible pour une arme de chasse est tout aussi mauvais qu’un poids excessivement élevé, peut-être pire. En France, if est répandu de croire que plus une arme est légère mieux c’est pour le petit gibier comme la caille, la bécasse ou la perdrix. Pas pour moi ! Et peut- être pas pour vous non plus ! Je connais tous les arguments au sujet de la rapidité des armes légères et de leur maniabilité. Je vous affirme pourtant qu’à long terme un fusil légèrement plus lourd, mais plus stable et plus contrôlable, peut être un gage de meilleurs résultats. Je l’ai appris à mes dépens. Parmi les causes qui ont longtemps fait de moi un médiocre tireur de perdrix ou de bécasses était la rapidité excessive de mes tirs. Les synapses de mon cerveau passaient de la torpeur à l’hyperactivité et je manipulais mon arme comme un homme attaqué par une nuée de frelons. Je jetais mon coup de fusil au hasard avant que les oiseaux n’atteignent la vitesse de la lumière et disparaissent dans un trou noir. Et mon fusil, au lieu de m’aider à surmonter ces défauts, les aggravait.

Démarrage et stop trop rapides

 

Ce fusil était un calibre 12 à canons courts de 66 cm que les publicités de l’époque présentaient comme l’alpha et l’oméga des armes de chasse au petit gibier. Il était ultraléger et de surcroît misérablement équilibré.
Les subterfuges anti-recul dont l’arme était dotée amortissaient certes les secousses mais la rendaient odieusement lourde vers la crosse, un peu comme si je tenais un haltère dans la main droite et rien dans la gauche. Il m’était impossible de maîtriser la bouche des canons et facile de tirer trop loin devant ou d’arrêter complètement le swing et de tirer derrière. La légèreté et !a rapidité de ce fusil n’étaient de toute évidence pas un avantage.

Quelle est notre problématique ? Puisque les lois de Newton ne sont toujours pas abrogées, vous devez garder à l’esprit que plus il est facile de démarrer le swing avec un fusil, plus ce dernier est a contrario prompt à s’arrêter. C’est particulièrement vrai pour des armes très légères. D’autre part, chaque fois que vous quittez des yeux une cible en mouvement et regardez le fusil, ce dernier ralentit. Nos yeux ne peuvent pas se concentrer sur deux plans à la fois, de façon réflexe, nos mains accomplissent ce qu’ils commandent. Suivez du regard une cible mouvante, vos mains et le fusil la suivent aussi ; regardez le fusil, vos mains et le fusil s’immobilisent. Or une arme assez lourde peut créer une dynamique à même de nous aider à surmonter cette hésitation. Une arme légère doit a contrario être orientée, dirigée et poussée à chaque centimètre au fil de l’action de tir, et il suffit d’un regard de la cible au fusil pour stopper net la chorégraphie. Quand bien même vous gardez les yeux fixés sur la cible, vous constatez que le traçage précis de la ligne de vol est plus difficile avec un fusil très léger. Trop peu de poids compromet la précision du pointage ainsi que la fluidité et la régularité du swing.

Bien entendu, trop de poids va à l’inverse rendre une arme lente, dépourvue de nervosité. Pour trouver votre gamme de poids idéale, vous devez en passer par l’expérience et l’expérimentation. Plus vous tirerez avec des armes différentes, plus vous vous ferez une idée juste de ce qui vous convient. Etant pour ma part chasseur et tireur de ball-trap, j’ai établi une distinction claire entre mes armes de chasse et mes armes de tir, avec une gamme de poids pour chaque catégorie. Le poids de mes armes destinées à la chasse, tous calibres confondus, tourne autour de 2,8 à 2,9 kg et celui de mes armes de tir de 3,4 à 3,6 kg.

Bien balancé

Chaque chasseur peut ainsi définir le juste poids pour ses armes, en adéquation avec sa pratique et sa morphologie. Mais pas question de s’arrêter là, une fois le poids établi, il convient encore de bien le répartir ! Toutes mes armes, quels que soient leur poids et leur usage, sont équilibrées de la même façon. Selon que le poids global de l’arme soit bien ou mal réparti entre les mains du tireur, un fusil de 2,7 kg va peser le poids d’une poutre ou celui d’un fétu de paille. Votre façon de tirer et vos résultats peuvent fort bien se jouer dans de petites variations sur la balance de votre fusil (cf. Armes de Chasse n53, « Un fusil sur mesure, p. 86). Il est admis qu’un fusil gagne en maniabilité, indépendamment de son poids et de sa longueur, si le point d’équilibre se situe exactement à égale distance des mains du chasseur, à condition que ce dernier conserve la même position, ce qui suppose entraînement et habitude. Mais la prise en main de l’arme n’est pas tout. Reste son utilisation active, sa mise en route, son épaulé et le swing ! Et de ce point de vue l’expérience m’a conduit à considérer l’équilibre « de l’entre deux mains» davantage comme un point de départ que comme l’aboutissement de la recherche de l’équilibre.

La clé d’un tir repose dans la main qui tient les canons, lorsque cette main va, tout va. Tout ce qui l’aidera à balancer votre arme en douceur et à la garder en mouvement est un atout. Des canons qui sautillent et saccadent, même avec une bonne avance, mènent droit à l’échec. Selon moi, pour trouver l’équilibre le plus efficace, il convient de partir de la répartition uniforme du poids entre les mains, puis d’ajouter un brin de poids dans la main avant (gauche pour les droitiers, droite pour les gauchers) afin de déséquilibrer légèrement le fusil vers la bouche. Cette légère variation, à déterminer en fonction de votre ressenti et de la distance à laquelle vous placez d’habitude votre main gauche (droite pour les gauchers), vous aidera à obtenir un suivi de cible plus linéaire, continu et dynamique. Bien sûr, la mise en route du fusil et des canons derrière la cible pourra s’en trouver plus longue. Qu’importe, un tir réussi est déterminé par ce qui se passe lorsque vous appuyez sur la détente, non par la rapidité à laquelle vous avez déplacé le fusil l’instant d’avant. Qui n’a jamais vu sa cible s’offrir à distance immanquable alors que les deux coups avaient déjà été tirés, trop vite? Cette perte de rapidité est largement compensée par la stabilité de la visée et la progressivité du suivi.

Calibre 28 : 1,5 ou 3 kg?

Oubliez les discours sur les poids appropriés des armes et de leurs calibres, et faites toujours passer l’aspect pratique devant la théorie. Certes, la plupart des petits calibres pèsent moins que les gros, mais n’allez pas commettre l’erreur d’acheter un calibre 28 de 1,5 kg sous prétexte que l’on vous a dit que c’était ce qu’un 28 devait peser. Ce n’est pas parce que la conception d’un petit calibre autorise un poids plus léger qu’il doit l’atteindre obligatoirement. J’ai tiré avec un Blaser F3 de calibre 28 d’un peu plus de 3 kg, et personne parmi tous ceux qui l’ont manipulé ne s’est plaint de sa lourdeur. L’objectif premier est d’aboutir à un tir cohérent. Pour cela, souvenez-vous que vous êtes la seule vraie mesure de l’arme de chasse qui vous convient ■

Le paramètre du recul

 

Quel est le poids idéal d'un fusil de chasse? Si l’on prend comme base le principe selon lequel le poids d'un fusil de chasse classique, quel que soit le calibre, ne doit pas être inférieur à 96 fois le poids de la charge de plombs, pour un recul tolérable et pour la préservation de l’arme elle-même (par exemple, si vous utilisez une charge de 28 g, le fusil doit peser environ 2,6 kg [96x28]), le poids idéal dépend entièrement du tireur. Il n'y a pas de prescriptions, pas de normes objectives qui s’appliquent vraiment. La meilleure arme n'est pas la plus légère que vous pouvez trouver, c’est la plus légère que vous pouvez tirer.

Djamel Talha

Fabbri-Italian-gunmakers.-Fabbri-shotgun.jpg

 



14/09/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres