La chasse et les fusils fins

La chasse et les fusils fins

"Gravure sur armes" de Laurent Bedu

 

 

Qu’est-ce qu’un bon livre de chasse? De mon point de vue de chasseur, tireur, amateur d’armes de chasse et de leur histoire, c’est un ouvrage qui apporte des informations significatives, claires, précises et agréablement présentées sur un sujet donné et dont la valeur soit durable. C’est par exemple le cas de The Gun and Its Development de W.W. Greener, The Modern Sportsman’s Gun and Rifle de Henry Walsh, The Modern Shotgun, de Gerald Burrard ou des Armes de chasse et leur tir de Ferdinand Courally. Dans les parutions récentes, nous pouvons inclure The British Sporting Gun and Rifle de Donald Dallas et Platines de Laurent Bedu. Laurent Bedu qui publie aujourd’hui, après quatre années de travail acharné et d’abondantes recherches qui l’ont conduit dans plusieurs pays, Gravure sur armes, quand le fusil de chasse devient chef-d’œuvre. Un livre qui mérite sans plus attendre que place lui soit faite parmi les meilleurs ouvrages consacrés à la chasse et à ses armes.

 

Mais, avant de vous le présenter, quelques mots sur son auteur. Demandez à un armurier ou un graveur ce qu’il pense des journalistes cynégétiques, spécialistes des armes de chasse, et de ce qu’ils écrivent… S’il est de bonne humeur, vous aurez tout au plus un sourire coincé ou un haussement d’épaules. S’il est dans un mauvais jour, vous regretterez probablement d’avoir posé la question. Évoquez le nom de Laurent Bedu et vous aurez instantanément en retour un sourire approbateur. Un des armuriers à qui j’ai rendu visite lors du récent salon de la chasse de Mantes-la -Jolie m’a demandé pour qui j’écrivais. J’ai mentionné Laurent Bedu. « Ah ! » Dit-il avec un hochement de tête d’admiration, qui disait : « Lui c’est un bon ».

 

Laurent Bedu est tout simplement le meilleur spécialiste actuel des armes de chasse fines. En témoignent ses livres et ses articles. Il est Rédacteur en chef du magazine Armes de chasse, rédacteur en chef adjoint de Connaissance de la Chasse, auteur de « Platines » et de « De Mauser à Blaser ».

Ses articles et livres ont initié des milliers de lecteurs aux joies de posséder et de tirer avec des fusils de chasse fins. Le premier livre de Laurent Bedu, « Platines » − un modèle de ce qu’il faudrait écrire sur l’histoire des armes et des armuriers, qui me sert de référence et que je pille sans vergogne − a été publié en 2009 (édité trois fois, la dernière en avril 2016) et a été suivi en 2012 par « De Mauser à Blaser ».

« Gravure sur armes », son nouvel ouvrage, vient de paraître, après quatre années de travail acharné et beaucoup recherches qui l’ont emmené dans plusieurs pays.

Le résultat : un ouvrage somptueux et non pas l’un de ces énièmes livres sur la gravure, de simples albums photos pour la plupart. Non, ici, nous parlons d’un véritable beau et grand livre, dédié à la gravure mais aussi aux graveurs, ceux dont le nom vous est familier et d’autres qui vous sont encore inconnus, mais tous virtuoses de leur art.

 

Gravure sur armes s’ouvre avec une préface signée par le prodigieux graveur belge Alain Lovenberg. Puis vous entrez dans le cœur du livre, plus de quatre cents pages sur l’histoire de la gravure, ses techniques, les portraits de seize artisans graveurs contemporains ou disparus, le tout illustré par plus de six cents photos en couleurs à couper le souffle. Toutes les techniques de gravure sont décrites sans exception : la taille-douce, le bulino, la ciselure, le fond creux, l’incrustation… Les styles français, belge, britannique, italien et allemand sont également longuement expliqués, leur histoire racontée. Pour que ce livre (son contenu, son design, la qualité du papier, le nombre de pages) ressemble à ce qu’il imaginait, Laurent a choisi, comme pour ses deux premiers livres, de l’autoéditer.

Revenons maintenant à la question initiale. Le livre présente-t-il des qualités pour justifier son intronisation au sein des grands livres consacrés aux armes de chasse ? À titre personnel, je le pense vraiment et je suis prêt à en prendre le pari devant vous.

 

Tout d’abord, commençons par dissiper un malentendu général sur le rôle de la gravure. Certains pourraient m’objecter que la gravure n’a pas vraiment d’utilité, que sa valeur est uniquement esthétique, ce à quoi je réponds, outre que la gravure apporte aux armes  qu’elle décore une grande partie de leur beauté et leur caractère, comme l’a déjà souligné Ferdinand Courally dans son livre « Les armes de chasse et du tir », elle est aussi « le complément utile d’une arme bien traitée ». Oui, la gravure a une fonction définie au-delà du simple fait de la décorer. Elle permet d’atténuer les reflets du soleil sur le métal poli et aide à retenir l’huile pour éviter la rouille. W.W. Greener dit que la gravure sert un troisième objectif : « Adoucir les lignes rigides et les jonctions laides et donner au fusil une apparence agréable après que la “beauté du neuf” ait disparu depuis longtemps ». Mais au-delà de son utilité pour l’arme elle-même, la gravure est devenue un facteur déterminant dans la valeur d’un fusil fin. Si un jour vous décidez de commander un fusil sur-mesure, la question du choix de la gravure se posera indubitablement à vous. De même, lors d’un achat d’occasion. Car il faut savoir que la gravure, comme certaines variantes mécaniques et techniques, est devenue une force financière majeure dans le marché de l’occasion. Les armes spécialement gravées peuvent valoir de 30 à 300 % de plus qu’une arme identique à la gravure simple ou anonyme. Alors, comment arrêter votre choix si vous décidez de franchir le pas pour commander une arme sur-mesure ?

Quel graveur choisir ? Quel dessin ? Et comment s’y retrouver pour un achat d’occasion ? Comment faire la différence entre une gravure bien exécutée et une autre bâclée ? Une gravure fait main et une autre réalisée au laser ? Quel est le graveur le plus recherché ? Quelle est la gravure la plus recherchée ? Le meilleur endroit pour commencer serait ce livre « Gravure sur armes », où toutes les réponses à ces questions s’y trouvent avec celles que vous ne vous posez pas encore.

 

Sélectionner un dessin et un graveur pour graver votre escopette préférée n’est pas une tâche facile. Un certain nombre de facteurs influent sur cette décision ou le devrait. Le premier est le type de gravure. Le goût de la gravure est comme le goût dans les voitures, les femmes et l’art. Chaque individu est doté d’un goût personnel (ou son absence) qui lui convient. Le livre de Laurent Bedu vous aidera énormément à développer votre goût personnel.

Si vous êtes curieux de connaître mon style favori, il se trouve à la page 88 et à la page 355.

Savez-vous que les Britanniques ont développé les gravures-signatures ? Vous pouvez reconnaître certains grands fabricants comme Boss, Holland & Holland, Churchill ou Purdey rien qu’à la gravure de leurs armes ! Un autre point expliqué par cet ouvrage.

 

Mais ce qui m’a le plus frappé dans ce livre est de voir à quel point la gravure a évolué. Que d’évolutions entre les premières ornementations, des formes abstraites, de simples volutes et des scènes animalières assez naïves et grossières et les gravures d’un réalisme époustouflant qui sortent depuis les années 1980 des ateliers de grands maîtres comme Pedretti, Fracassi, Phil Coggan, les frères Brown, Pedersoli, le collectif Creativ Art, Alain Lovenberg, la phénoménale Frédérique Lépinois, et une multitude d’autres ! Ce sont les Michel-Ange de notre époque. Les normes actuelles de la gravure sur armes sont aux niveaux passés ce que les effets spéciaux du film Avatar sont à ceux du premier King Kong. L’amélioration du réalisme de la gravure, grâce au perfectionnement des techniques, ont élevé l’arme de chasse de son statut d’outil et en ont fait un objet d’art. Sous les mains d’un maître, le bulino est quasi photographique, si minutieusement détaillé et d’une si grande fidélité qu’il est difficile de croire que l’illusion n’est pas la réalité. On peut par exemple retrouver dans ce livre des gravures d’un rhinocéros tellement réaliste que vous voudriez courir à toutes jambes de peur qu’il ne vous charge. Si vous allez à la page 194 vous pouvez presque entendre les battements d’ailes du faisan et des perdrix et sentir le souffle des pointers qui semblent comme libérés sur la plaque de platine poursuivant leur destin en toute insouciance. Ailleurs vous découvrirez comment l’émail ou les ors multicolores ont apporté de la couleur à la gravure moderne.

Vous mesurerez aussi à quel point le style du graveur modifie la perception que vous avez d’une scène de chasse par exemple. Vous verrez, dans le livre de Laurent Bedu, que chaque graveur possède son style, un style unique, suffisamment distinctif pour qu’un observateur averti puisse immédiatement le reconnaître. Comme un amateur d’art pourrait reconnaître le travail de Van Gogh, Matis ou Picasso. Il en est ainsi de la gravure et des graveurs. Personnellement, je peux habituellement repérer le travail de Galeazzi (c’est grâce à cela que j’ai pu dénicher mon Perazzi gravé par ce dernier à un prix bien inférieur à sa valeur réelle), de Henry et Harry Kell, Ken Hunt (qui était l’apprenti de Harry Kell), Torcoli, Phil Cogan ou Rachid El Hadi. Avec l’aide du livre de Laurent, j’espère apprendre à identifier le travail de beaucoup d’autres.

Que vous soyez à la recherche d’un graveur, amateur d’armes fines, chasseur-esthéte ou tout simplement amoureux des beaux objets, ce livre, « Gravure sur armes », vous fournit une formidable base de réflexion et d’émerveillement.

 

C’est l’ouvrage le plus complet et le plus documenté que j’aie jamais eu loisir de découvrir sur le sujet. Un livre qui se lit avec beaucoup de plaisir, écrit avec concision dans un style aussi élégant que soigné et que j’admire énormément. Il se doit d’être dans la bibliothèque de tous ceux qui pensent que le fusil est bien davantage qu’un simple outil et qui rêvent devant les plus belles armes de chasse du monde.  Djamel Talha

 

432 pages, 94 euros (port inclus) 32x25 cm à commander à Laurent Bedu 133, Rue de Rome, 75017 Paris ou sur internet  http://livres.laurent.bedu.us

 

 

 

gravure couv web.jpg

 

 

2016-06-15 10.55.02.jpg

 

2016-06-15 10.55.57.jpg
2016-06-15 10.56.40.jpg

 

freycon - copie.jpg

kenhunt.jpg

 

 pedersoli.jpg



15/06/2016
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres